Des cadeaux de Noël à petit budget

Noël dernier, je vous avais concocté une liste de mes vendeurs en ligne préférés de cadeaux gastronomiques, délicieux mais cependant assez coûteux. Je persiste à croire, cette année encore, que la nourriture est toujours la meilleure option face aux cadeaux stupides et inutiles, qui obligent le sourire forcé voire la grimace.

Cependant j’appréhende, avec une détresse croissante, les dépenses toutes imminentes des fêtes de fin d’année, le coût effrayant des choses avec le gouffre toujours plus profond de mon porte monnaie. La seule façon d’éviter la faillite, en ces temps difficiles, est d’offrir des friandises maison, en boîte ou en bocal, faites avec amour et garnies d’un beau ruban. Pas vraiment une pensée originale de ma part me direz vous, puisque qu’une multitude de blogueurs est tenu de proposer la même chose, mais j’ai rassemblé un échantillon de mes idées favorites pour votre plaisir.

La gamme suivante va de recettes à cuire à juste des assemblages.

Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Dévorer aussi les livres


J’adore les livres de recettes, presque autant que j’aime la nourriture elle-même. Me pencher sur des pages d’ingrédients inhabituels et de combinaisons de saveurs, saliver à la vue de plats délicieux parfaitement disposés, sont des moments magiques et mystérieux dans lesquels je suis plus qu’heureuse de me plonger. Les plaisirs qui en découlent sont bien sûr très dépendants de mon humeur. Les jours où je me bats pour donner des ailes à des ingrédients banals, je me réjouis d’un bon index qui divise utilement les chapitres en entrées/plats/desserts, et mieux encore en viande/ le poisson/ légumes, etc. Mais un livre de cuisine n’est pas seulement attirant que lorsqu’il est clairement structuré et facile à utiliser. Au contraire, certains livres de recettes au style anarchique et non structuré peuvent souvent être plus inspirants qu’un volume bien formaté.

Je dois admettre que je ne suis pas une fan des livres de recettes à thème unique, comme dans « crumbles » ou « soupes » ou « gâteaux ». Bien que j’apprécie toutes ces choses en général je ne peux jamais m’empêcher de me demander si l’auteur n’ajoute pas les recettes les plus incongrues et parfois invraisemblables pour s’adapter au thème. Par exemple, j’ai un livre sur les soupes avec une section dessert. Prometteur me direz vous? Les desserts ont des noms comme « soupe de pommes et de poires », mais n’est-ce pas tout simplement une compote? « Soupe sucrée de riz crémeux » ne serait-ce que du riz au lait ? Ou encore la « compote de banane fraise » qui, à en juger par les ingrédients, est plus communément appelé un milk-shake. Je possède même un livre entièrement dédié aux «Tartares et Carpaccio » (un cadeau). Vraiment… Bien que je sois généralement du type aventurier, je trace une ligne au niveau du poulet cru : « Sonnette d’alarme » de la Salmonelle, pas question !. Et l’emploi d’un éplucheur, plutôt que d’une râpe pour tailler les carottes ne crée pas soudainement un « carpaccio de carottes», mais suggère plutôt une salade de carottes râpées prétentieusement nommée et qui prend des plombes à faire.

Je n’aime pas non plus les livres de cuisine des grands chefs, aux recettes compliquées, très stylisées du type « comme-au-restaurant », nécessitant une batterie d’équipements, deux commis et un plongeur. Ce sont pour moi des livres qui font juste beaux sur une table basse mais sont inutiles dans ma cuisine, des livres dont le seul but est de me faire sentir pataude. Rien de bon ne m’est jamais arrivé en suivant leur exemple. Croyez-moi, j’ai essayé. Désespérant, démoralisant et toujours décevant.

Les livres que je préfère sont ceux qui saisissent l’essentiel de la vie. Des couleurs, des saveurs, des textures, la variété, mais en même temps une cuisine simple, conviviale et délicieuse telle une chaleureuse accolade. Pardessus tous, un livre de recettes doit être un guide plutôt qu’un évangile. On doit pouvoir ajouter et supprimer à volonté, substituer des ingrédients que l’on ne trouve pas ou n’aime pas sans oublier de noter au crayon les changements si les résultats ont été un succès. Une recette est d’autant meilleure, je pense, quand elle est personnalisée à votre goût.

Alors que je devrais probablement lire des livres sur les dernières tendances pour améliorer mon esprit, je suis heureuse de me recroqueviller sur le canapé avec un verre de vin et un peu de «food porn » (désolée…), le ventre d’abord, l’esprit plus tard. Donc, voici quelques-uns de mes livres favoris actuellement:

Nigel Slater: Kitchen Diaries
(Franchement, je suis une fan. Des recettes incroyablement simples et intensément savoureuses, qui aident à garder une cuisine de saisons)

Yotam Ottolenghi:(2 livres) Plenty et Ottolenghi: The Cookbook
(Une approche moderne des ingrédients de tous les jours, Ottolenghi est un magicien des saveurs et, en plus, « Plenty » est un livre des recettes sans traces de viande et cela ne vous manquera pas. Des recettes d’un véritable bonheur visuel et de saveurs merveilleuses.)

Mai Pham: Plaisirs de la Table vietnamienne
(Ceci est un plaisir rare qui permet vraiment de recréer les saveurs merveilleusement authentiques de la cuisine Vietnamienne)

Diana Henry: Crazy Water, Pickled Lemons
(Ce livre sillonne le Moyen-Orient, la Méditerranée et l’Afrique du Nord. Recettes rempli de saveurs et de soleils )

Je sais, la plupart de ces livres sont en anglais, mais vous pouvez les trouver sur amazon.co.uk

Publié dans Critiques | Commentaires fermés

Des dilemmes de Noël

La saison des cadeaux approche. Mais j’ai un aveu à vous faire, ma réjouissance s’évanouit souvent une fois mes cadeaux de Noël déballés. Le charme des cadeaux inutiles, souvent hâtivement achetés par des amis et ma famille, me laisse de pierre. Ceux ci finissent invariablement par trouver le chemin de l’organisme de charité après plusieurs mois de stockage sur une étagère ou dans un placard, la culpabilité m’empêchant leur expulsion immédiate. Je réalise que cela me rend sans aucun doute très ingrate. Mais, malgré la gratitude que je ressens (fugitivement, je l’admets), une vague d’exaspération me submerge en pensant à ce que je vais bien pouvoir en faire et où placer de telles offrandes. Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

« Festins » dans les ruines romaines.

L’excès de bonnes choses est sans aucun doute un thème commun à la majorité de nos vacances. Ce voyage à Rome ne faisait pas exception. Il ne s’agissait pas d’une pause bien méritée après un dur labeur ou d’une visite inspirée afin de se familiariser avec l’iconographie religieuse ou d’améliorer notre compréhension de la civilisation classique romaine…rien de si grandiose, ni même une tentative à peine voilée d’un peu de culture …. juste une escapade gourmande à Rome, entre filles, pour se faire plaisir. Continuer la lecture

Publié dans Voyages | Commentaires fermés

La mélasse de grenade

Il y a quelques années, en parcourant les rayons d’un magasin d’alimentation spécialisé (un de mes passe-temps), j’ai découvert la mélasse de grenade. En dehors des informations sur la bouteille, qui suggéraient une origine Moyen-Orientale, je n’avais aucune idée quant à l’utilisation de ce sirop épais à la couleur grenat et ignorais tout de son importance.

Comme d’habitude, je l’achetais impulsivement puis, volage, laissais la bouteille amasser la poussière au fond de mon placard, distraite par d’autres ingrédients plus alléchants. Quand je l’ouvrais enfin pour la première fois, je découvrais que ce sirop avait un léger parfum floral et une saveur à la fois sucrée et fortement acidulée. Un peu comme le tamarin, cette mélasse est utilisée de manière similaire pour ajouter des notes douces et amères.

En cherchant sur internet, je trouvais d’excellentes suggestions pour l’utiliser comme glaçage pour faire rôtir les viandes, ou dans des marinades pour les attendrir. C’est cependant en épluchant mes livres de cuisine et en expérimentant par moi-même que j’obtins les résultats les plus intéressants.

La gourmandise a ses avantages, sinon comment aurais-je découvert ce produit extraordinaire dont j’ignorais l’existance? L’ajout de cette mélasse en petite ou grande quantité à mes inventions culinaires ont ainsi crée des recettes qui, je pense, méritent d’être partagées. Continuer la lecture

Publié dans Non classé, Recettes, Salée | Commentaires fermés

Les petits plats qui nous réconfortent (Comfort food)

J’imagine que dans la plupart des familles il existe des plats qui font partie de l’identité familiale, ou même de rites familiaux, et en tant que tels, ils résident dans nos cœurs et nos estomacs comme des pépites de réconfort. Au delà des soupirs de satisfaction intérieure qu’elle procure quand on en avale la première bouchée, cette nourriture est devenue synonyme de temps et de lieu.

Chaque fois que je mange du paneer (fromage indien), je me souviens des dîners familiaux du jeudi soir chez mes parents, à Londres. Ce repas végétarien hebdomadaire se composait de chapatis, d’aubergines frites, de dhal et de paneer. Je me revois, assise sur le comptoir de la cuisine, discutant avec ma maman, pendant qu’elle étalait ses chapattis aux formes arrondies.

Le poulet rôti était l’autre repas familial dont je me souviens avec émotion. Je l’aimais parce que ce n’était pas un repas indien et parce que personne ne peut résister à la peau dorée et croustillante du poulet rôti. Les Anglais que nous sommes se devaient de l’accompagner de classiques pommes de terre rôties, de sauce et de farce à la sauge et aux oignons. Ce plat était si affectionné que même ma meilleure amie (souvent à notre table) le considère encore aujourd’hui comme l’un de ses aliments de réconfort préférés. Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

La Pastilla du Frigo

Les enfants sont chez ma belle-mère et j’ai la cuisine pour moi toute seule. Voici une situation propice, que je suis toujours prête à exploiter. Mais en l’absence de petites bouches à nourrir, il me semble avoir oublié d’acheter toute subsistance nécessaire et adéquate pour mon mari et moi. Je vais donc devoir improviser…

Quoique généralement sans peine et plutôt réussis, je peux rarement recréer mes succès, car j’ai tendance à oublier d’en écrire les recettes.

J’ai cependant de grands espoirs pour cet essai en particulier, imaginé à partir d’un peu de viande de bœuf hachée qui me reste au frigo, de feuilles de brick et d’épinards surgelés qui ne veulent pas rentrer dans mon congélateur décidemment trop petit. L’intention est de faire de cet assemblage une sorte de pastilla inauthentique.

Dans mon enthousiasme d’évoquer les saveurs de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, je vais devoir limiter mon désir d’ajouter un trop grand nombre d’épices. A savoir, est ce que je peux mettre du cumin, de la cannelle et du piment de la Jamaïque dans cette tarte avec du citron confit et des raisins secs sans obtenir à la fin quelque chose qui ressemble à un pot pourri?

Cette première entrée du blog est donc soit le début de joyeuses contributions soit la triste réalisation de mon premier échec.

Et voici le résultat …

Continuer la lecture

Publié dans Salée | Commentaires fermés